*

Docker et déploiement distant : tout est histoire de contexte


08/12/2020 docker context ssh gitlab gitlab-ci

Kubernetes, c’est bien mais parfois on veut faire des choses plus simples et on n’a pas forcément besoin d’avoir un système distribué ou d’une forte disponibilité. Pour autant, il est agréable avec kubernetes de pouvoir interagit à distance avec l’API au travers de kubectl. Je me suis donc mis en quête d’une alternative. Partir sur k3s avec un déploiement mono-node ? Partir sur docker/docker-compose/docker-swarm ?

Je me souvenais que l’on pouvait exposer la socket docker sur le réseau en TCP et authentification par certificat mais cela ne me plaisait pas beaucoup. Je me suis alors rappelé que l’on pouvait interagir avec un hote docker via une connection ssh. En continuant à creuser, je suis tomber sur les contextes dans Docker et ce billet How to deploy on remote Docker hosts with docker-compose. Et là : 🤩

Alors, certes, pas de secrets, configmaps ou cronjobs mais un déploiement remote que je peux automatiser dans gitlab et/ou avec lequel je peux interagir à distance 😍

Création d’un contexte puis utilisation d’un contexte :

# Création du contexte docker
docker context create mon-serveur ‐‐docker “host=ssh://user@monserveur”

# Lister les contextes docker existant
docker context ls

# Utiliser un contexte
docker context use mon-serveur

# Vérifier le bon fonctionnement de la cli docker
docker ps
[liste de conteneurs tournant sur la machine "mon-serveur"]

# Vérifier le bon fonctionnement de la cli docker-compose
cd /path/to/docker/compose/project
docker-compose ps

Pour que cela fonctionne, en plus des versions récentes de docker et docker-compose coté client et serveur. Il vous faut aussi une version récent de paramiko coté client. Celle présente dans Debian 10 n’est pas assez à jour par ex, il a fallu passer par pip3 install paramiko. Il faut aussi avoir une authentification par clé pour se simplifier la vie.

Pour docker-compose, vous avez deux solutions pour utiliser un contexte distant :

# En deux commandes
docker context use <remote context>
docker-compose <command>

# En une commande
docker-compose --context <remote context> <command>

Dans gitlab, dans le fichier .gitlab-ci.yml, on peut alors profiter de cette intégration de la façon suivante ; je prends l’exemple du déploiement du site du Paris Time Series Meetup.

Tout d’abord, dans mon fichier docker-compose.yml, j’ai mis un place holder IMAGE qui sera remplacé par la référence de mon image docker fabriquée par gitlab-ci :

version: '3.8'
services:
  web:
    image: IMAGE
    labels:
        [...]
    restart: always

Ensuite, dans gitlab-ci :

  • le job “publish” génère la version html du site et le stock dans un artefact gitlab.
  • le job “kaniko” va générer l’image docker contenant la version html du site. Pour passer la version de l’image, je stocke l’information dans un fichier docker.env. Ce fichier sera sauvegardé en fin de job sous la forme d’un artefact disponible pour le job “docker”.
  • le job “docker” recupère ce qui était dans le docker.env sous la forme de variable d’environnement. Il remplace ensuite IMAGE par sa vraie valeur. On initialise le contexte docker pour se connecter au serveur cible et on peut alors réaliser les actions habituelles avec docker-compose.
---
stages:
  - publish
  - image
  - deploy

publish:
  image:  $CI_REGISTRY/nsteinmetz/hugo:latest
  artifacts:
    paths:
      - public
    expire_in: 1 day
  only:
    - master
    - web
  script:
    - hugo
  stage: publish
  tags:
    - hugo

kaniko:
  stage: image
  image:
    name: gcr.io/kaniko-project/executor:debug
    entrypoint: [""]
  variables:
    RELEASE_IMAGE: $CI_REGISTRY_IMAGE:$CI_COMMIT_SHORT_SHA-$CI_PIPELINE_ID-$CI_JOB_ID
  script:
    - echo "IMAGE=${RELEASE_IMAGE}" >> docker.env
    - mkdir -p /kaniko/.docker
    - echo "{\"auths\":{\"$CI_REGISTRY\":{\"username\":\"$CI_REGISTRY_USER\",\"password\":\"$CI_REGISTRY_PASSWORD\"}}}" > /kaniko/.docker/config.json
    - /kaniko/executor --context $CI_PROJECT_DIR --dockerfile $CI_PROJECT_DIR/Dockerfile --destination $RELEASE_IMAGE
  only:
    - master
    - web
  when: on_success
  tags:
    - kaniko
  artifacts:
    reports:
      dotenv: docker.env

docker:
  stage: deploy
  before_script:
    - docker login -u gitlab-ci-token -p $CI_JOB_TOKEN $CI_REGISTRY
  script:
    - sed -i -e "s|IMAGE|${IMAGE}|g" docker-compose.yml
    - docker context use mon-serveur
    - docker-compose pull
    - docker-compose up -d
  needs:
    - job: kaniko
      artifacts: true
  when: on_success
  only:
    - master
    - web
  tags:
    - shell
  environment:
    name: production
    url: https://www.ptsm.io/

Et voilà ! 😎

Avec ces contextes (que l’on peut utiliser aussi avec swarm et kubernetes), on a donc un moyen simple et efficace pour déployer des conteneurs à distance et de façon automatisée.

Web, Ops & Data - Octobre 2020


28/10/2020 kubernetes ingress yaml pipeline gitlab traefik rootless mesh yq jq devops data maturité mariadb s3 flows warp10 timeseries influxdb pulsar amqp mqtt kafka python git vscode arm nvidia

Des nouvelles du Paris Time Series Meetup : l’éditions 6 sur TimescaleDB et l’édition 7 sur QuestDB

CI/CD

  • 3 YAML tips for better pipelines : la troisième est certainement la plus intéressante - il est possible d’avoir des mécanismes de “composabilité” / “héritage” avec YAML et Gitlab. Si les include et extends sont déjà sympathiques, les anchors ont l’air de faire des choses intéressantes aussi !

Code

  • What’s New In Python 3.9 et un thread twitter qui donne des exemples des principales nouveautés : au programme nouvelle syntaxe pour la fuston des dictionnaires, des méthides pour supprimer des suffixes/préfixes sur les strings, du typage et plein d’autres améliorations et corrections.
  • Fortunately, I don’t squash my commits : s’il peut être tentant sur une MR/PR de faire un squash des commits, l’article vous confortera dans l’idée que ce n’est pas une bonne idée. En écrasant l’historique des commits, on y perd sur nos capacités de debug. Par ailleurs, il est conseillé de faire des petits commits pour capturer un ensemble de changements traduisant un moment précis du développement.

Container et orchestration

  • Kubernetes Ingress Goes GA : l’apparition de IngressClassName dans k8s 1.19 va plus loin qu’un simple renommage de champ comme je l’avais compris initialement. C’est une vraie ressource et cela ouvre aussi des possibilités. Avant de l’utiliser, vérifiez aussi que vos ingress controller le supporte (en plus d’attendre d’être en 1.19)
  • Houston, we have Plugins! Traefik 2.3 Announcement : la version 2.3 dont on a déjà parlé ici, est arrivé en version stable avec son support des plugins, son intégration avec Traefik Pilot, le support d’Amazone ECS et le support de la ressource IngressClassName. Au passage, Containous, la société éditrice de Traefik s’appelle maintenant Traefik Labs.
  • Introducing Traefik Pilot 1.0: the Traefik Control Center : Version 1.0 de ce nouveau “Control Plane” de Traefik qui permet d’avoir une vision globale sur ses instances traefik, d’utiliser les plugins et d’avoir un monitoring et des alertes autour de la disponibilité, des performances et de la sécurité.
  • Rootless mode : A voir si cela pourra être inclus dans la version 1.20 mais le rootless mode est clairement une tendance de fond dans kubernetes et les conteneurs en général. Si vous ne vous y êtes pas déjà mis, ne tardez pas !
  • Announcing Traefik Mesh 1.4 - New Name, New Features : nouvelle version du service mesh par Traefik Labs et qui s’appelle maintenant Traefik Mesh (et non uniquement Maesh). Le reste des améliorations semble porter sur le filtrage des headers et des paths.
  • yq : A command line tool that will help you handle your YAML resources better : vous voulez faire des opératoins sur des fichiers YAML sans faire un chart helm ou sortir kustomize, vous pouvez faire des choses minimalistes avec yq (le pendant yaml de jq).
  • Bridge to Kubernetes GA, “bridge to kubernetes” est une extension pour vscode permettant de connecter une application tournant en local avec d’autres applications situées dans un ckuster kubernetes et faciliter ainsi l’expérience des développeurs.

Culture DevOps

Data

Hardware

IaC

  • Announcing HashiCorp Terraform 0.14 Beta: la capacité à marquer des variables comme sensibles pour éviter que leur valeur soit visible dans les logs/diff/…, un diff plus concis, un lock sur les providers et des binaires disponibles pour arm64.

Monitoring

Pratique

  • endoflife.date : recense les dates de fin de support de vos langages et technologies préférées. Tout n’est pas complètement à jour mais cela permet de récupérer rapidement les informations.

SQL

  • Exciting and New Features in MariaDB 10.5 : évoqué au mois d’aout, le support de S3 dans MariaDB est disponible en version GA dans la version 10.5. D’autres améliorations existent comme le support du type INET6, des améliorations sur ColumnStore, la gestion des privilèges, le cluster Galera supporte complètement le GTID, du refactoring au niveau d’InnoDB et enfin les binaires mariadb vont enfin s’appeler mariadb et non plus mysql (avec une couche de compatibilité via des liens symboliques)

Time Series

Sur la base des informations disponibles pour le moment :

  • vous définissez une période de rétention en mémoire (entre 1h et 1 an) et une période de rétention sur stockage magnétique (1 jour à 200 ans),
  • le requêtage des données se fait en SQL (via Presto ?),
  • les données à requêter communément sont à mettre dans la même table,
  • le join est limité à la même table,
  • des mesures simples (pas de multi mesures pour un même enregistrement),
  • une intégration avec l’écosystème comme telegraf, grafana, etc en plus de l’intégration avec différents composants AWS

Pour les moins bons côtés :

  • pas d’UPDATE/DELETE sur vos données ; en cas de doublons, c’est le premier arrivé qui gagne
  • pas de bulk import de vos données, donc pas de reprise de vos données existantes. En effet, il n’est pas possible d’ingérer des données plus vieille que la période en mémoire,
  • dans la même veine, si un incident de production dépasse votre période de rétention, vous ne pourrez pas réinjecter vos données
  • il ne semble pas possible de mettre à jour ses durées de rétention - donc pas de ménage possible ou d’ajustements en cours de route

Une solution a priori très orienté pour du monitoring et qui semble souffir des mêmes travers qu’InfluxDB avec InfluxQL et pourtant en passe d’être résolus avec Flux.

On devrait en parler plus en détail dans une prochaine édition du Paris Time Series Meetup avec des personnes de chez AWS ;-)

Work

Intégration Gitlab dans Kubernetes pour automatiser ses déploiements


08/06/2020 gitlab kubernetes deployment service-account gitlab-ci

Depuis que j’ai migré des sites sous kubernetes, j’avais perdu l’automatisation du déploiement de mes conteneurs. Pour ce site, je modifiais donc le site et une fois le git push realisé, j’attendais que Gitlab-CI crée mon conteneur. Je récupérai alors le tag du conteneur que je mettais dans le dépôt git où je stocke mes fichiers de configuration pour kubernetes. Une fois le tag mis à jour, je pouvais procéder au déploiement de mon conteneur. Il était temps d’améliorer ce workflow.

Gitlab propose depuis un moment une intégration avec kubernetes mais je lui trouve quelques inconvénients au regard de mes besoins :

  • Il faut créer un compte avec un ClusterRole cluster-admin et je ne suis pas super à l’aise avec cette idée,
  • Il est nécessaire de déployer Helm encore en version 2 alors que je suis passé en version 3 pour les rares projets où je l’utilise,
  • L’ingress s’appuie sur nginx-ingress, alors que j’utilise Traefik,
  • Je n’ai pas l’usage des autres fonctionnalités fournies par Gitlab dans mon contexte de “cluster de test” hébergeant quelques sites et applications web.

Mon besoin pourrait se résumer à pouvoir interagir avec mon cluster au travers de kubectl et de pouvoir y déployer la nouvelle version du conteneur que je viens de créer. Cela suppose alors d’avoir 3 choses :

  • le binaire kubectl accessible sous la forme d’un conteneur ou directement en shell dans le runner,
  • un fichier kubeconfig pour m’authentifier auprès du cluster et interagir avec,
  • la référence de l’image docker fraichement crée par Gitlab-CI à appliquer sur un Deployment kubernetes.

Création d’un compte de service avec authentification par token

Utilisant le service managé d’OVH, je n’ai pas accès à tous les certificats du cluster permettant de créer de nouveaux comptes utilisateurs. Par ailleurs, pour les intégrations comme Gitlab, il est recommandé d’utiliser des Service Accounts. C’est ce que nous allons faire.

En plus du Service Account, il nous faut donner un rôle à notre compte pour qu’il puisse réaliser des actions sur le cluster. Par simplicité pour ce billet, je vais lui donner les droits d’admin au sein d’un namespace. Le compte de service pourra alors faire ce qu’il veut mais uniquement au sein du namespace en question. En cas de fuite du compte, les dégats potentiels sont donc moindres qu’avec un compter qui est admin global du cluster. Le rôle admin existe déjà sous kubernetes, il s’agit du ClusteRole admin mais qui est restreint à un namespace via le RoleBinding.

Créons le fichier gitlab-integtration.yml avec ces éléments :

---
apiVersion: v1
kind: ServiceAccount
metadata:
  name: gitlab-example
  namespace: example
---
apiVersion: rbac.authorization.k8s.io/v1beta1
kind: RoleBinding
metadata:
  name: gitlab-admin
roleRef:
  apiGroup: rbac.authorization.k8s.io
  kind: ClusterRole
  name: admin
subjects:
- kind: ServiceAccount
  name: gitlab-example
  namespace: example

Déployons notre configuration sur le cluster :

# Apply yml file on the cluster
kubectl apply -f gitlab-integration.yml
serviceaccount/gitlab-example created
rolebinding.rbac.authorization.k8s.io/gitlab-admin created

Pour alimenter notre fichier kubeconfig, il nous faut récupérer le token :

# Get secret's name from service account
SECRETNAME=`kubectl -n example get sa/gitlab-example -o jsonpath='{.secrets[0].name}'`
# Get token from secret, encoded in base64
TOKEN=`kubectl -n example get secret $SECRETNAME -o jsonpath='{.data.token}'`
# Decode token
CLEAR_TOKEN=`echo $TOKEN |base64 --decode`

En prenant votre fichier kubeconfig de référence, vous pouvez alors créer une copie sous le nom kubeconfig-gitlab-example.yml et l’éditer de la façon suivante :

apiVersion: v1
clusters:
- cluster:
    certificate-authority-data: <Existing certificate in a base64 format from your original kubeconfig file>
    server: <url of your k8s http endpoint like https://localhost:6443/ >
  name: kubernetes # adjust your cluster name
contexts:
- context:
    cluster: kubernetes # adjust your cluster name
    namespace: example # adjust your namespace
    user: gitlab-example # adujust your user
  name: kubernetes-ovh # adujust your context
current-context: kubernetes-ovh # adujust your context
kind: Config
preferences: {}
users:
- name: gitlab-example # adujust your user
  user:
    token: <Content of the CLEAR_TOKEN variable>

Vous pouvez tester son bon fonctionnement via :

# Fetch example resources if any:
kubectl --kubeconfig=./kubeconfig-gitlab-example.yml get all
...
# Check you can't access other namespaces information, like kube-system:
kubectl --kubeconfig=./kubeconfig-gitlab-example.yml get all -n kube-system
Error from server (Forbidden): pods is forbidden: User "system:serviceaccount:example:gitlab-example" cannot list resource "pods" in API group "" in the namespace "kube-system"
Error from server (Forbidden): replicationcontrollers is forbidden: User "system:serviceaccount:example:gitlab-example" cannot list resource "replicationcontrollers" in API group "" in the namespace "kube-system"
Error from server (Forbidden): services is forbidden: User "system:serviceaccount:example:gitlab-example" cannot list resource "services" in API group "" in the namespace "kube-system"
Error from server (Forbidden): daemonsets.apps is forbidden: User "system:serviceaccount:example:gitlab-example" cannot list resource "daemonsets" in API group "apps" in the namespace "kube-system"
Error from server (Forbidden): deployments.apps is forbidden: User "system:serviceaccount:example:gitlab-example" cannot list resource "deployments" in API group "apps" in the namespace "kube-system"
Error from server (Forbidden): replicasets.apps is forbidden: User "system:serviceaccount:example:gitlab-example" cannot list resource "replicasets" in API group "apps" in the namespace "kube-system"
Error from server (Forbidden): statefulsets.apps is forbidden: User "system:serviceaccount:example:gitlab-example" cannot list resource "statefulsets" in API group "apps" in the namespace "kube-system"
Error from server (Forbidden): horizontalpodautoscalers.autoscaling is forbidden: User "system:serviceaccount:example:gitlab-example" cannot list resource "horizontalpodautoscalers" in API group "autoscaling" in the namespace "kube-system"
Error from server (Forbidden): jobs.batch is forbidden: User "system:serviceaccount:example:gitlab-example" cannot list resource "jobs" in API group "batch" in the namespace "kube-system"
Error from server (Forbidden): cronjobs.batch is forbidden: User "system:serviceaccount:example:gitlab-example" cannot list resource "cronjobs" in API group "batch" in the namespace "kube-system"

Integration Gitlab : stocker le kubeconfig

Gitlab permet de stocker des variables. Dans le cas d’un fichier kubeconfig, on va vouloir ne jamais afficher son contenu dans les logs ou autre. Pour cela il est possible de masquer vos variables en respectant quelques contraintes et notamment que la valeur de la variable tienne sur une seule ligne.

Nous allons donc encoder le fichier en base64 et rajouter un argument pour que tout soit sur une seule ligne (et non pas sur plusieurs lignes par défaut):

# create a one line base64 version of kubeconfig file
cat kubeconfig-gitlab-example.yml | base64 -w 0

Copier le contenu obtenu dans une variable que nous appelerons KUBECONFIG et dont on cochera bien la case “Mask variable”. Une fois la variable sauvée, vous avez ceci :

gitlab ci masked variable

Intégration Gitlab : passer la référence de l’image au job de déploiement

Soit le fichier .gitlab-ci.yml suivant:

---
stages:
  - publish
  - image
  - deploy

publish:
  image:  $CI_REGISTRY/nsteinmetz/hugo:latest
  artifacts:
    paths:
      - public
    expire_in: 1 day
  only:
    - master
    - web
  script:
    - hugo
  stage: publish
  tags:
    - go

docker:
  stage: image
  image: docker:stable
  services:
  - docker:dind
  variables:
    DOCKER_HOST: tcp://docker:2375
    DOCKER_DRIVER: overlay2
    RELEASE_IMAGE: $CI_REGISTRY_IMAGE:$CI_COMMIT_SHORT_SHA-$CI_PIPELINE_ID-$CI_JOB_ID
  before_script:
    - docker login -u gitlab-ci-token -p $CI_JOB_TOKEN $CI_REGISTRY
  script:
    - echo "IMAGE=${RELEASE_IMAGE}" >> docker.env
    - docker build --pull -t $RELEASE_IMAGE .
    - docker push $RELEASE_IMAGE
  when: on_success
  tags:
    - go
  artifacts:
    reports:
      dotenv: docker.env

kube:
  stage: deploy
  script:
    - echo $KUBECONFIG | base64 --decode > kubeconfig
    - export KUBECONFIG=`pwd`/kubeconfig
    - sed -i -e "s|IMAGE|${IMAGE}|g" deployment.yml
    - kubectl apply -f deployment.yml
  needs:
    - job: docker
      artifacts: true
  when: on_success
  tags:
    - shell

Petite explication rapide :

  • l’étape publish va générer la version html du site et la stocker sous la forme d’un artefact qui sera passé aux jobs suivants,
  • l’étape docker va créer l’image en mettant l’artefact du job précédent dans un conteneur nginx et le publier dans la registry gitlab avec le nom suivant gitlab.registry/group/project:<short commit>-<pipeline id>-<job id>
  • l’étape kube va récupérer le contenu de la variable KUBECONFIG, le décoder et créer un fichier kubeconfig. On initialise la variable d’environnement KUBECONFIG pour que kubectl puisse l’utiliser. On met à jour la référence de l’image docker obtenue précédemment dans le fichier deployment.yml qui sert de modèle de déploiement. On applique le fichier obtenu sur le cluster kubernetes pour mettre à jour le déploiement.

Le point d’attention ici est que le passage de la variable RELEASE_IMAGE se fait via un dotenv qui est créé sous la forme d’un artefact à l’étape docker et est donc disponible à l’étape kube. Cela devrait être automatique mais j’ai ajouté une dépendance explicite via la directive needs. Lors de l’étape kube, le contenu du fichier docker.env est disponible sous la forme de variables d’environnement. On peut alors faire la substitution de notre placeholder par la valeur voulue dans deployment.yml.

Tout ce mécanisme est expliqué dnas la doc des variables gitlab et sur les variables d’environnement héritées. Attention, il vous faut Gitlab 13.0+ pour avoir cette fonctionnalité et en plus, il faut préalablement activer ce feature flag.

sudo gitlab-rails console
Feature.enable(:ci_dependency_variables)

En conclusion, nous avons vu comment :

  • Créer un compte de service (Service Account) sous kubernetes avec un rôle d’administrateur de namespace,
  • Stocker le fichier kubeconfig utilisant notre service account dans Gitlab sous la forme d’une variable masquée,
  • Passer une référence d’un job à un autre via les dotenv au niveau du job amont et les variables d’environnement au niveau du job en aval,
  • Récupérer le contenu de la variable kubeconfig pour créer une variable d’environnement et être en mesure d’utiliser kubectl.

Ainsi, toute mise à jour de master conduira à une mise à jour du déploiement associé au sein du cluster kubernetes et ne nécessitera plus d’interventions manuelles comme précédemment. Avec un service account lié à un namespace, on évite aussi de s’exposer inutilement en cas de fuite des identifiants.

Web, Ops & Data - Avril 2020


29/04/2020 traefik scaleway kubernetes telegraf cassandra kafka confluent helm influxdb warp10 timescaledb docker-compose apache-pulsar pubsub deprek8 conftest opa raspberrypi gitlab sidecar

Code et Outillage

Container & orchestration

(Big) Data

Time Series

Web

  • jQuery 3.5.0 Released! : une faille XSS a été identifiée sur jQuery.htmlFilter pour toutes les versions inférieures à 3.5.0 ; il est vivement encouragé de mettre à jour vos sites. Pour le reste, je vous renvoie à la lecture de l’article.

Syndication

Restez informé(s) de notre actualité en vous abonnant au flux du blog (Atom)

Nuage de tags

kubernetes docker timeseries influxdb warp10 traefik grafana ansible elasticsearch kafka postgres python aws sécurité terraform mysql redis telegraf ovh tick cassandra chronograf cloud dashboard docker-compose git hashicorp helm timescaledb flux ptsm swarm vector kapacitor podman rancher résilience test gcp gitlab influxdata log machine-learning monitoring prometheus s3 spark timescale vscode architecture arm comptabilité confluent devops gitlab-ci iac java ksql microservice nomad postgresql raspberrypi serverless service-mesh sql angularjs api bilan cert-manager cncf consul container cérénit dns flows gke graphql ingress javascript npm opensource operator optimisation perspective pipeline rook scaleway ssh stream vault warpscript windows cli containerd csp discovery documentation elastic forecast geospatial golang hpkp influxace iot jenkins kafka-streams kibana kubedb lambda lean licence maesh maintenance mariadb microsoft mobile nginx orientdb performance quasardb redhat registry rest rethinkdb reverse-proxy sauvegarde warpstudio agile anomalie apm arima audit automatisation azure bash big-data bigdatahebdo ceph certificat challenge ci/cd cluster continous-delivery continous-integration cookie data datatask dataviz dbt deployment diff facebook fec fluxlang framework gdpr grav hsts http/3 https hypriot hébergement ia influxdays istio jq json k3s lets-encrypt linux load-balancer longhorn meetup metabase molecule mongodb nosql nvidia openebs openssh ovhcloud percona php pip questdb reaper replication rootless rpi rsyslog runc scale secrets société solr sre systemd tempo timezone tls virtualenv vitess vue.js wagtail warpfleet yarn accessibilité acme adoptopenjdk agpl akka alerte alertes alerting alibaba amazon-emr amqp anonymisation anthos apache-pulsar ara arrow artefact automation automl banque bastion beam beat bi bme680 bootstrap bounded-context branche brigade browser buildah buildkit cahier-des-charges calico cassandra-reaper cd cdc cdk centos centralisation-de-logs certificats cgroups chart check checklist chrome ci cilium circuitpython clever-cloud clickhouse cloud-init cloud-native cloud-storage cloudflare clusterip cnab cni co2 cockroachdb code codeurs-en-seine commit confluence conftest consul-connect context continous-deployment conventional-commit coreos cors covid19 cqrs crash cri cron crontab csi csrf css curl d3.js daemonset data-engineer data-pipelining data.gouv.fr databricks datacenter date date-scientist ddd debezium debian delta deprek8 desktop devoxx dig distributed-systems dive docker-app docker-hub docker-registry docker-swarm dockershim documentdb dog dokcer données-personnelles draft drop-in duration déploiement développement-du-site e-commerce ebs ec2 edge elassandra electron elk engineering entreprise ergonomie etcd euclidia event-sourcing faas faisabilité falco falcor feature-policy fedora feed filebeat firebase firefox fish flash flask fleet flink fluentd formation foundation frenchtech frontend fsync fullstack git-filter-repo github gitignore glacier glowroot go google google-cloud-next gpg gpu grid géospatial hacker hadoop haproxy harbor hdfs header holt-winters html html5 http hue iaac ibm immutable incident index indluxdata influxcloud infrastructure-as-code ingénierie inspec jquery jvm jwt k3d k6 k8s k9s kaniko katz kotlin kubeadm kubecon kubectl label laravel leap-second lens letsencrypt libssh linky linter liste-de-diffusion lmap loadbalancer logstash logstatsh loi loki lstm mailing-list management maturité mesh mesos message metallb micro-service minio mot-de-passe mqtt multi-cloud médecine métrique n8n network newsletter nodejs nodeport notebook notifications nrtsearch null object-storage observability observabilité opa opendata openhab openmetrics openshit openstack openweb opnsense over-engineering packaging pandas parquet partiql password persistent-volume-claim pico pipenv pivot pod portainer portworx prediction prescience production promql prophet prévision psp ptyhon publicité pubsub pulsar push pyenv pérénnité qualité quay queue quic ram rambleed raml react readme recaptcha recherche redistimeseries reindex reinvent reliability remote-execution repository responsive retention-policy revocation revue-de-code rexec rgpd rhel rkt rolespec root rpo rto rust rwd résultat safe-harbor sarima scalabilité scanner schema scp sdk search select serverless-architecture service service-account service-worker setuptools sftp sha1 shard shard-duration shard-group sharding shell shipyard sidecar singer souveraineté-numérique spectre spinnaker spécifications sqlite sri ssh-agent ssl stabilité stash statistique storage sudo superset suse sympa sysdig syslog-ng sérénité task template terracost terrascan test-unitaire tidb tiers time timecale timer timestream tinygo training transformation travail trésorerie tsfr tsl ubuntu unikernel unit ux velero vendredi victoria-metrics vie-privée virtualbox virtualisation vm vnc volume voxxeddays vpc wasm web wireguard workflow yaml yield yq yubikey